Mars

Jeudi 7 mars, 20h30, Cinéma

 EDMOND

de Alexis Michalik

avec Thomas Solivérès, Olivier Gourmet, Mathilde Seigner

France, Belgique – comédie dramatique – 1 h 50

Décembre 1897, Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : « Cyrano de Bergerac ».

Résultat de recherche d'images pour "Edmond film"

Samedi  9 mars, 20h30

TOTAL ACTION

Spectacle en sortie de résidence
Tout public à partir de 12 ans
Durée : 1 h
   Tarifs :  10 €   (réduit 8 €) –  ados : 5 € 

Mister Mac Adam + Mrs Mac Adam sur une plateforme… de théâtre qui tentent de prendre le thé = des geysers, une nappe très noire multidimensionnelle, des mouches collantes et… une théière explosive avec de l’action, du début jusqu’à la fin !
Maniant l’humour sur un mode résolument contemporain et burlesque, Total Action est très très librement inspiré d’un fait-divers.

Mise en scène : Fabio E.Sforzini –
Avec Nathalie Vinot, Denis Lagrâce

Texte de Bernadette Pourquié publié aux éditions Color Gang :
https://www.colorgang.eu/urgences-1/total-action/

Dimanche 17 mars, 17 heures

CALIGULA

d’Albert Camus
Mise en scène Romain Picquart & Luc Michel
Collectif Sur la cime des actes

Spectacle en sortie de résidence
Tout public à partir de 12 ans
Durée : 1 h
   Tarifs :  12 €   (réduit 10 €) –  ados : 5 € 

RÉSUMÉ DE LA PIÈCE

“Caligula, prince relativement aimable jusque-là, s’aperçoit à la mort de Drusilla, sa sœur et sa maîtresse, que le monde tel qu’il va n’est pas satisfaisant. Dès lors, obsédé d’impossible, empoisonné de mépris et d’horreur, il tente d’exercer, par le meurtre et la perversion systématique de toutes les valeurs, une liberté dont il découvrira pour finir qu’elle n’est pas la bonne. Il récuse l’amitié et l’amour, la simple solidarité humaine, le bien et le mal. Il prend au mot ceux qui l’entourent, il les force à la logique, il nivelle tout autour de lui par la force de son refus et par la rage de destruction où l’entraîne sa passion de vivre.
Mais, si sa vérité est de se révolter contre le destin, son erreur est de nier les hommes. On ne peut tout détruire sans se détruire soi-même. C’est pourquoi Caligula dépeuple le monde autour de lui et, fidèle à sa logique, fait ce qu’il faut pour armer contre lui ceux qui finiront par le tuer. Caligula est l’histoire d’un suicide supérieur. C’est l’histoire de la plus humaine et de la plus tragique des erreurs. Infidèle à l’homme, par fidélité à lui-même, Caligula consent à mourir pour avoir compris qu’aucun être ne peut se sauver tout seul et qu’on ne peut être libre contre les autres hommes.”

Albert Camus

 

Samedi 23 mars, 20h30

REGARDEZ LA NEIGE QUI TOMBE…

Théâtre de l’Entre-Deux
Tout public à partir de 12 ans
Durée : 1 h
   Tarifs :  15 €   (réduit 12 €) –  ados : 7 € 

 

Ce qui nous passionne chez Tchekhov, c’est la sensation générale qui s’en dégage et semble nous inviter à « rester vivant » même lorsque tout va mal, à toujours regarder du côté de la vie, à ne pas sombrer dans le pessimisme, à ne pas basculer dans le jugement car juger, c’est refuser de comprendre !

Regardez la neige qui tombe… est une forme légère et joyeuse qui propose de découvrir les multiples facettes de Tchekhov, auteur russe de la fin du XIXème siècle, que nous considérons comme le « père » de l’écriture contemporaine.

C’est une « pièce paysage », en opposition aux « pièces machines » avec un déroulement linéaire qui nous amène inéluctablement vers une fin. J’aime cette idée d’inviter le spectateur à se promener dans un paysage qui sera ici composé par différents fragments : correspondances, éléments biographiques, nouvelles, monologues (Oncle Vania et Les Trois sœurs), parties dialoguées (Platonov, l’Ours, la Mouette…).

Le fil conducteur est donc celui d’une représentation en train de se faire, structurée par 3 duos : le premier entre André Markowicz et Françoise Morvan qui ont traduit l’ensemble des fragments choisis, le second entre Tchekhov et Olga Knipper son épouse, et enfin le dernier duo entre Rafaèle Huou, comédienne, et moi-même, metteur en scène du spectacle en cours. Car le spectacle ne sera jamais figé et continuera à évoluer, à grandir, au fur et à mesure de nos découvertes et de nos lectures (nous sommes en train de parcourir les 900 lettres écrites par Tchekhov qui viennent d’être publiées)…