octobre

Samedi 6 octobre, 20h30

Mille Aujourd’hui
Cie Avant l’Incendie

D’après  Serge Rezvani et Henri Michaux
Mise en scène Victor Ginicis
Montage Frédérique Le Bourg
Avec Pierre-Olivier Bellec, Léa Cuny-Bret, François Rivère

Il y a cette promesse d’abord
Celle d’une fuite vers l’ailleurs
Vers l’infini salvateur

 Mais avant cela il y a le voyage
Et surtout il y a le Monde qui s’accroche à celui qui le refuse

C’est le récit cadencé de ce jeune homme enfermé dans un train qui s’élance vers la Méditerranée,  de son furieux désir de vivre, heurté à une humanité aliénée qui ne pourra pas l’étouffer

Quelque part sur la frontière entre théâtre et concert électro-rock
Un comédien et deux musicien.ne.s jouent avec les textes de Serge Rezvani et d’Henri Michaux et font sonner cette soif dévorante d’horizons illimités. 

Un avant goût sur YouTube : ICI

Tarifs :

10 € (réduit 8 €)
enfants (à partir de 12 ans) et ados : 5 €

Durée : 1 heure

Samedi 13 octobre, 20h30

Tristan et Iseult,
Laurent Daycard, conteur

Soirée proposée par la Médiathèque de Pays Cordais,
dans le cadre de CONTES EN BALADE, opération organisée et financée par le Conseil départemental du Tarn.

Spectacle gratuit
à partir de 12 ans
durée 2 h 15

Tristan et Iseult

L’histoire de Tristan et Iseult est l’un des piliers de la littérature occidentale.

Ce n’est pas l’histoire d’un adultère, ce n’est pas l’histoire d’un vin bu par erreur, ce n’est pas l’histoire d’un parjure, c’est l’histoire d’un amour choisi, absolu, tout puissant.

Ce n’est pas une histoire d’amour, c’est l’histoire de l’Amour !
Une grande aventure avec rebondissements, merveilleux et suspense.


Pour ce récit contemporain, nourri des versions antérieures, Laurent Daycard retrouve l’alternance épique entre séquences rythmées et passages improvisés en s’accompagnant au dulcimer.

Laurent Daycard

De formation scientifique et artistique, Laurent DAYCARD est revenu au conte, sa passion d’enfance, il y a plus de 20 ans. Depuis quelques années, son travail est axé sur les contes merveilleux traditionnels et populaires, les récits au long cours. Egalement musicien, il utilise différents instruments pour donner des respirations entre les contes de ses spectacles ou comme soutien rythmique. Il est directeur artistique de La Baleine qui dit « Vagues », centre ressource conte en PACA.

Mercredi 17 octobre, 19 h

In Loyal Company
proposé par Friends of English Theatre

 

La prochaine production en langue anglaise de l’association FET (Friends of English Theatre) sera In Loyal Company, un one-man-show qui nous vient directement du festival de théâtre d’Edimbourg où il a connu un grand succès.

Comédien et co-créateur de la pièce David William Bryan raconte l’histoire vraie de son grand oncle, Joe, qui s’engage dans l’armée suite aux bombardements de sa ville de Liverpool pendant la 2e guerre mondiale. Le bateau qui l’emmène à Singapour chavire et il se retrouve prisonnier de guerre dans un camp Japonais.

L’histoire est à la fois une touchante leçon d’humilité et un récit d’aventures palpitantes et parfois très drôles, tandis que la prestation de Bryan est d’autant plus authentique pour sa relation de chair et d’os avec le héro.

Le bar du Colombier vous accueille à partir de 18 h et la pièce commence à 19 h.

N.B. le théâtre le Colombier ne pourra pas prendre en charge votre réservation

Pour réserver votre place, envoyez un mail: fetatlecolombier@gmail.com

Adhérents à l’association FET €15
Non-adhérents €20

Pour plus d’infos sur Friends of English Theatre : www.fetatlecolombier.com

Samedi 20 octobre, 20h30

La Femme qui chante
proposé par l’Atelier théâtre de l’ASSA

Le tarif unique 8 euros.
réservation : 06 77 65 89 96

L’atelier théâtre de l’ASSA St Affrique, accompagné par Kévin Perez de la Cie Création Éphémère, s’est plongé dans une réflexion sur la question de l’origine et de l’identité.

Au passé :

Une femme amoureuse, à qui l’on enlève un enfant, dans le chaos et le fracas
d’une guerre, et qui entre par la suite en résistance. Arrêtée, emprisonnée et
torturée, elle se met à chanter dans sa cellule. On la surnomme alors « la
femme qui chante ». C’est ici, que commence l’histoire et la tragédie.

Au présent :

Le notaire Lebel fait aux jumeaux Jeanne et Simon, la lecture du testament de
leur mère Nawal, il réveille en eux l’incertaine histoire de leur naissance: qui
fut donc leur père, et par quelle odyssée ont-ils vu le jour loin du pays d’origine de leur mère ?

Pour en savoir plus :   La femme qui chante

Jeudi 25 octobre, 20h30

Cinéma

PHOTO DE FAMILLE

de Cecilia Rouaud

avec Vanessa Paradis, Jean-Pierre Bacri, Chantal Lauby

France – comédie dramatique – 1 h 38

Gabrielle, Elsa et Mao sont frères et sœurs, mais ne se côtoient pas. La première est « statue » pour touristes. La seconde est en colère contre la terre entière et désespère de tomber enceinte. Et Mao, game designer de génie chroniquement dépressif, noie sa mélancolie dans l’alcool et la psychanalyse.
Quant à leurs parents, Pierre et Claudine, séparés de longue date, ils n’ont jamais rien fait pour resserrer les liens de la famille.
Pourtant, au moment de l’enterrement du grand-père, ils vont devoir se réunir, et répondre, ensemble, à la question qui fâche : « Que faire de Mamie ? »

Photo de famille : Affiche

Samedi 27 octobre, 20h30

Umwelt
Cie Endogène

Compagnie accueillie en partenariat avec L’été de Vaour

Hors du temps et dans un espace non défini, un être créature commence une danse, un dialogue avec une balle qu’il tient comme un trésor, un œuf, un membre de son corps ou au contraire quelque chose dont il voudrait s’extraire, qui le domine, qui le brûle.

Très vite une première balle traverse la scène en roulant, puis des dizaines d’autres vont arriver qui rythmeront les mouvements de cet être, lui imposeront des trajectoires. Petit à petit ce sol sera marqué (trace de terre) par ce temps qui s’écoule, les appuis se feront plus fébriles, le corps se modifie. Son espace vital deviendra un milieu hostile contre lequel il va devoir lutter pour survivre.

Quelque chose se passe sous ses pas que personnes ne peut contrôler, le sol se craquelle, se délite. Seul reste ce regard, et nous qui le regardons à la fois témoins et complices de cette disparition.

La compagnie endogène poursuit son cycle de réflexion autour de la place de l’homme dans l’univers et son rapport au vivant.

Dans cette nouvelle création notre regard va se poser sur le lien qui unit l’homme à celui qui est reconnu comme son grand autre, l’animal. Après avoir levée les yeux vers les étoiles dans Mu Arae, notre création Umwelt se concentrera sur le sol, la terre, les racines.

Pour en savoir plus : Cie Endogène

Entrée gratuite
Participation au fonctionnement du théâtre 
souhaitée

Durée : 20 à 30 minutes, suivies d’une discussion avec les artistes